Health Education To Villages




Home Programmes Resources India Partners Site Map About Us Contact Us
 

WHO home page

D�partement de Sant� et Recherche g�n�siques, Organisation mondiale de la Sant�

Prise en charge des complications de la grossesse et de l'accouchement:

Guide destin� � la sage-femme et au m�decin

 


Section 1 - Principes cliniques


Principes g�n�raux � observer pour les soins

PREVENTION DES INFECTIONS 

  • La pr�vention des infections (PI) r�pond � deux objectifs principaux :

- pr�venir les infections graves dans la prestation de services de sant� ;

- r�duire le risque de transmission de maladies graves telles que l’h�patite B et le VIH/SIDA � la patiente, aux prestataires de soins et au personnel en g�n�ral, y compris au personnel d’entretien.

 

  • Les pratiques recommand�es pour la PI reposent sur les principes suivants :

- toute personne (qu’il s’agisse d’un patient ou du personnel soignant) doit �tre consid�r�e comme potentiellement porteuse d’une infection ;

- la m�thode la plus s�re pour �viter la contamination crois�e est de se laver les mains ;

- mettre des gants avant de toucher quoi que ce soit de mouill� – plaies ouvertes, muqueuses, sang ou autres liquides organiques (s�cr�tions ou excr�tions) ;

- utiliser des protections (lunettes de protection, masque et tablier) si des liquides organiques (s�cr�tions ou excr�tions) risquent de gicler ou de se r�pandre ;

- ne recourir qu’� des pratiques sans danger – ne pas recapuchonner ou plier les aiguilles, traiter les instruments et �liminer les d�chets comme il convient.

 

LAVAGE DES MAINS

  • Frotter vigoureusement les deux mains apr�s les avoir enduites de savon antimicrobien ou ordinaire. Frotter pendant 15 � 30 secondes puis rincer � l’eau courante sous le robinet ou en se versant de l’eau sur les mains.

  • Se laver les mains :

- avant et apr�s chaque examen (ou contact direct avec la patiente) ;

- apr�s exposition � du sang ou � un liquide organique de quelque nature que ce soit (s�cr�tions ou excr�tions), m�me si l’on portait des gants ;

- apr�s avoir retir� les gants, qui peuvent �tre perc�s.

  • Afin d’encourager le personnel � se laver les mains, il convient que les administrateurs de programme s’efforcent de fournir du savon et de veiller � ce que les �tablissements ne manquent jamais d’eau propre (qu’il s’agisse d’eau courante ou d’eau stock�e dans des seaux), ni d’essuie-mains � usage unique. Ne pas utiliser de serviettes ayant servi � d’autres personnes pour se s�cher les mains.

  • Se laver les mains avant de pratiquer une intervention chirurgicale.

 

GANTS ET BLOUSES

  • Mettre des gants :

- pour pratiquer une intervention (tableau P-2) ;

- pour manipuler des instruments, gants ou autres objets sales ;

- pour jeter des d�chets contamin�s (coton, gaze ou pansements).

  • Utiliser une paire de gants diff�rente pour chaque patiente afin d’�viter la contamination crois�e.

  • Pr�f�rer les gants jetables. Si l’�tablissement dispose de ressources limit�es, il est possible de r�utiliser les gants chirurgicaux apr�s les avoir :

- d�contamin�s par trempage dans une solution de chlore � 0,5% pendant 10 minutes ;

- lav�s puis rinc�s ;

- st�rilis�s � l’autoclave (ce qui �limine tous les micro- organismes) ou soumis � une d�sinfection pouss�e � la vapeur ou � l’eau bouillante (ce qui �limine tous les micro-organismes � l’exception de certaines endospores de bact�ries). 

Note : Les gants chirurgicaux jetables ne doivent pas �tre r�utilis�s plus de trois fois car de petits trous invisibles risqueraient de se former.

 Ne pas utiliser de gants craquel�s, �caill�s ou visiblement trou�s ou d�chir�s.

 

Tableau P-2
Exigences en mati�re de gants et de blouses pour la pratique des gestes obst�tricaux courants

Acte Type de gants recommand�s a Autres types de gants pouvant �tre utilis�s b Blouse

Prise de sang, installation d'une perfusion

gants d'examenc

gants chirurgicaux d�sinfect�s d

pas exig�e

Examen gyn�cologique

gants d'examen

gants chirurgicaux d�sinfect�s

pas exig�e

Aspiration manuelle intra-ut�rine, dilatation et curetage, colpotomie, culdocent�se

gants chirurgicaux d�sinfect�s

gants chirurgicaux st�riles

pas exig�e

Laparotomie et interventions intra-abdominales, rupture artificielle des membranes, accouchement instrumentalis�, symphysiotomie, �pisiotomie, r�paration des d�chirures cervicales et p�rin�ales, craniotomie, craniocent�se, compression bi-manuelle de l'ut�rus, d�livrance artificielle, r�duction de l'inversion ut�rine.

gants chirurgicaux st�riles

gants chirurgicaux d�sinfect�s

propre, d�sinfect�e ou st�rile

 Manipulation et nettoyage d'instruments

gants d'entretiene

gants d'examen ou gants chirurgicaux

pas exig�e

Manipulation de d�chets contamin�s

gants d'entretien

gants d'examen ou gants chirurgicaux

pas exig�e

Nettoyage de projections de sang ou d'autres liquides organiques

gants d'entretien

gants d'examen ou gants chirurgicaux

pas exig�e

a Il n’est pas indispensable de porter des gants et une blouse pour v�rifier la tension art�rielle ou prendre la temp�rature, ni pour faire des injections.

b Ces gants sont g�n�ralement plus chers que les gants recommand�s et demandent une plus grande pr�paration. 

c Les gants d’examen sont des gants jetables en latex – pr�vus pour n’�tre utilis�s qu’une fois. Dans le cas o� on souhaite les r�utiliser, il convient, au pr�alable, de les d�contaminer, de les nettoyer et soit de les st�riliser, soit de les soumettre � une d�sinfection pouss�e. 

d Les gants chirurgicaux sont des gants en latex con�us pour s’ajuster � la main. 

e Les gants d’entretien sont des gants de m�nage �pais.

 

  • Porter une blouse propre, mais pas n�cessairement st�rile, pour tout accouchement :

- si la blouse a de longues manches, les gants doivent �tre enfil�s par-dessus le bas des manches afin d’�viter d’�tre contamin�s ;

- apr�s avoir enfil� les gants (soumis � une d�sinfection pouss�e ou st�riles), veiller � garder les mains au- dessus de la taille et � ne pas les mettre en contact avec la blouse.

 

MANIPULATION D’INSTRUMENTS PIQUANTS OU TRANCHANTS ET D’AIGUILLES 

 

Salle d'op�ration et salle de travail

Aiguilles et seringues hypodermiques

  • N’utiliser chaque seringue ou aiguille qu’une seule fois.

  • Ne pas d�solidariser l’aiguille de la seringue apr�s utilisation.

  • Ne pas remettre le capuchon sur les aiguilles. Ne pas les plier ou les casser avant de les jeter.

  • Jeter les aiguilles et seringues dans un r�cipient qui ne risque pas d’�tre perfor�.

  • Br�ler les aiguilles hypodermiques pour les rendre inutilisables. 

Note : Dans les �tablissements qui ne disposent pas d’aiguilles jetables et o� l’on a l’habitude de recapuchonner les aiguilles, appliquer la m�thode dite � � une main � :

- placer le capuchon sur une surface dure et plane, 

- tenir la seringue d’une main et se servir de l’aiguille pour � ramasser � le capuchon, 

- une fois que le capuchon recouvre enti�rement l’aiguille, tenir celle-ci d’une main par la base et fixer le capuchon de l’autre main.

ELIMINATION DES DECHETS

  • L’�limination des d�chets a pour objet de :

- pr�venir la propagation des infections au personnel hospitalier qui manipule les d�chets ;

- pr�venir la propagation des infections � la communaut� locale ;

- prot�ger les personnes qui manipulent ces d�chets de blessures accidentelles.

  • Les d�chets non contamin�s (le papier utilis� dans les bureaux, les bo�tes) ne comportent aucun risque d’infection. On peut les jeter conform�ment aux habitudes locales.

  • Il est n�cessaire de manipuler convenablement les d�chets contamin�s (objets ou mat�riaux souill�s de sang – ou d’autres liquides organiques) pour minimiser la propagation des infections au sein du personnel hospitalier et de la communaut�. Manipuler ces d�chets convenablement  signifie :

- porter des gants d’entretien ;

- transporter les d�chets solides contamin�s jusqu’au lieu d’enl�vement dans des r�cipients ferm�s ;

- jeter tous les objets piquants ou tranchants dans des r�cipients qui ne risquent pas de se percer ;

- verser avec pr�caution les d�chets liquides dans des toilettes �quip�es de canalisations sanitaires ou de chasses d’eau ;

- br�ler ou enterrer profond�ment les d�chets solides contamin�s ;

- se laver les mains, laver les gants et les r�cipients apr�s avoir jet� les d�chets infectieux.

 

INSTALLATION D’UNE PERFUSION

  • Installer une perfusion (deux si la patiente est en �tat de choc) en utilisant une canule ou une aiguille de gros calibre (diam�tre de 16 G ou plus grand diam�tre disponible).

  • Perfuser une solution intraveineuse (s�rum physiologique ou Ringer lactate) � une vitesse adapt�e � l’�tat de la patiente. 

Note : Si la patiente est en �tat de choc, �viter d’utiliser des succ�dan�s du plasma (par exemples, dextran). En effet, il n’a pas �t� d�montr� qu’ils �taient plus efficaces que le s�rum physiologique pour ranimer une femme en �tat de choc et, � forte dose, le dextran peut �tre nocif. 

 

PRINCIPES DE BASE A OBSERVER POUR TOUTE INTERVENTION

Avant de pratiquer un acte simple (non chirurgical) quel qu’il soit, il est n�cessaire de :

  • rassembler et de pr�parer tout le n�cessaire – si du mat�riel manque, cela peut entraver l’intervention ;

  • expliquer � la patiente l’intervention qu’elle va subir et pourquoi, et obtenir son accord ;

  • lui donner des analg�siques en tenant compte de l’importance de l’acte, autrement dit, commencer par estimer la dur�e de l’intervention puis administrer les analg�siques en cons�quence ;

  • installer la patiente dans une position adapt�e � l’intervention – la position la plus couramment utilis�e pour les actes obst�tricaux est la position gyn�cologique (fig. P-1).

 

FIGURE P-1      Position gyn�cologique

- laver le bas de l’abdomen et la r�gion p�rin�ale � l’eau et au savon, si n�cessaire ;

- ins�rer en douceur un sp�culum ou une/des valves st�riles ou d�sinfect�s dans le vagin ;

- badigeonner trois fois le col et le vagin de solution antiseptique (par exemple, iodophores, chlorhexidine) � l’aide d’une pince porte-tampons st�rile ou d�sinfect�e et d’une compresse de coton ou de gaze.

  • Si l’intervention requiert une pr�paration de la peau avec un antiseptique (par exemple, symphysiotomie) : 

- laver la r�gion concern�e � l’eau et au savon, si n�cessaire ;

- badigeonner trois fois cette r�gion de solution antiseptique (par exemple, iodophores, chlorhexidine) � l’aide d’une pince porte-tampons st�rile ou d�sinfect�e et d’une compresse de coton ou de gaze – si on tient la compresse avec la main gant�e, il convient de veiller � ne pas contaminer le gant en touchant des zones cutan�es qui n’ont pas �t� pr�par�es ;

- commencer par le centre de la r�gion et travailler en direction de l’ext�rieur en un geste circulaire ; 

- arriv� � la limite de la r�gion � st�riliser, jeter la compresse de coton ou de gaze. 

  • Ne jamais revenir au centre de la r�gion � pr�parer avec la m�me compresse de coton ou de gaze. Garder les bras et les coudes en hauteur et veiller � ce que la blouse ne touche pas la r�gion � inciser.

Top of page

Principes cliniques

Evaluation initiale rapide

Etablir un dialogue avec la patiente et sa famille

Soutien affectif et psychologique

Urgences

Principes g�n�raux � observer pour les soins

Utilisation clinique du sang, desproduits sanguins et des liquides de remplissage vasculaire

Antibioth�rapie

Anesth�sie et analg�sie

Principes � observer pour les soins op�ratoires

Travail et accouchement eutociques

Principes � observer pour les soins n�onatales

Liens entre le prestataire de soins et la communaut�

Symptomes

Choc

Saignement vaginal en d�but de grossesse

Saignement vaginal en fin de grossesse et pendant le travail

Saignement vaginal apr�s l'accouchement

C�phal�es, vision floue, convulsions ou perte de connaissance, tension art�rielle �lev�e

D�roulement d�favorable du travail

Positions et pr�sentations dystociques

Dystocie des �paules

Travail sur ut�rus surdistendu

Travail sur ut�rus cicatriciel

Souffrance foetale pendant le travail

Procidence du cordon

Fi�vre pendant la grossesse ou le travail

Fi�vre apr�s l'accouchement

Douleurs abdominales en d�but de grossesse

Douleurs abdominales en fin de grossesse et apr�s l'accouchement

Difficult�s respiratoires

Disparition des mouvements foetaux

Rupture pr�matur�e des membranes

Pathologies et affections de l'enfant � la naissance

Interventions

Bloc paracervical

Bloc des nerfs honteux internes

Anesth�sie locale pour c�sarienne

Rachianesth�sie (anesth�sie sous-arachno�dienne)

Anesth�sie � la k�tamine

Version par manoeuvre externe

D�clenchement artificiel du travail et stimulation de l'activit� ut�rine

Extraction par ventouse obst�tricale

Extraction par forceps

Accouchement par le si�ge

C�sarienne

Symphysiotomie

Craniotomie et craniocent�se

Dilatation et curetage

Aspiration manuelle intra-ut�rine

Culdocent�se et colpotomie

Episiotomie

D�livrance artificielle

R�fection des d�chirures cervicales

R�fection des d�chirures vaginales et p�rin�ales

R�duction d'une inversion ut�rine

Suture d'une rupture ut�rine

Ligature de l'art�re ut�rine et de l'art�re ut�ro-ovarienne

Hyst�rectomie post-partum

Salpingectomie dans la grossesse ectopique

Appendice

M�dicaments essentiels

Index

 

 The Mother and Child Health and Education Trust Programmes | Resources | India | Partners | Site Map | About Us | Contact Us top of page

Feedback Form